Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La fin de la guerre froide a vu la disparition des blocs « EST-OUEST » et les équilibres traditionnels se rompre. Quelque soit la définition des risques sécuritaires, on acceptera l'idée qu'ils sont source de déstabilisation des états et susceptibles d'être la base de nombreux conflits...

GLOBAL SECURITY RISKS - LES RISQUES SÉCURITAIRES Site en lien avec le Centre d'Etudes Stratégiques d'Analyses et Recherches sur les Risques Sécuritaires

La fin de la guerre froide a vu la disparition des blocs « EST-OUEST » et les équilibres traditionnels se rompre. Quelque soit la définition des risques sécuritaires, on acceptera l'idée qu'ils sont source de déstabilisation des états et susceptibles d'être la base de nombreux conflits...

Vénézuéla : Hausse d'environ 11% des homicides en 2010 selon des chiffres de l'ONG Observatoire vénézuélien de la violence (OVV)

"Notre projection pour cette année est de 17 600 assassinats", a déclaré à le 30 décembre Roberto Briceno Leon, directeur de l'OVV, précisant que "ce sont des chiffres prudents. Nous ne prenons pas en compte les actes de résistance à l'autorité, qui recouvrent environ 2.000 morts de plus, ni les morts de ce mois de décembre qui a été très violent".

Avec ces chiffres, le taux d'homicides est d'environ 60 pour 100 000 habitants, soit près du double de la Colombie. La moyenne mondiale des homicides est de 8 pour 100 000 habitants, la moyenne européenne est environ de 5 pour 100 000 habitants.

Concernant Caracas, l'OVV affirme qu'il y a eu pour 2010 entre "4 000 et 5 000 homicides" ce qui en fait l'une des villes les plus dangereuses au monde avec un taux de "230 homicides pour 100 000 habitants". Pour le seul mois de décembre, 500 personnes ont été tuées dans la capitale selon des chiffres de presse récoltés auprès des morgues. La majorité des victimes de ce mois de décembre sont liées au trafic et à la consommation de drogue selon l'OVV.

Selon des estimations d'experts, il y a 15 millions d'armes en circulation dans le pays pour 28 millions d'habitants.

Roberto Briceno Leon a alerté sur le fait que contrairement à des pays comme la Colombie ou le Mexique, la violence au Venezuela n'est pas liée à des gangs organisés, des cartels ou des guérillas, elle est généralisée.