Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La fin de la guerre froide a vu la disparition des blocs « EST-OUEST » et les équilibres traditionnels se rompre. Quelque soit la définition des risques sécuritaires, on acceptera l'idée qu'ils sont source de déstabilisation des états et susceptibles d'être la base de nombreux conflits...

GLOBAL SECURITY RISKS - LES RISQUES SÉCURITAIRES Site en lien avec le Centre d'Etudes Stratégiques d'Analyses et Recherches sur les Risques Sécuritaires

La fin de la guerre froide a vu la disparition des blocs « EST-OUEST » et les équilibres traditionnels se rompre. Quelque soit la définition des risques sécuritaires, on acceptera l'idée qu'ils sont source de déstabilisation des états et susceptibles d'être la base de nombreux conflits...

Selon l'émissaire spécial de l'ONU Staffan De Mitsura, les talibans préparent des "attaques spectaculaires"

UN-LOGO%20copy"Nous observons de la part des éléments anti-gouvernementaux une volonté de mettre sur pied des attaques spectaculaires. Nous devrions être prêts. Je crains que les quelques mois à venir soient caractérisés par un environnement tendu en matière de sécurité ", a déclaré ce jour Staffan De Mitsura lors d'un débat au Conseil de sécurité. "Tout le monde reconnaît qu'il n'y a pas de solution militaire. Franchement, même les talibans le pensent, même s'ils ne le diront pas publiquement. Il n'y a pas de solution militaire au conflit en Afghanistan", a-t-il insisté, estimant qu'il fallait privilégier le dialogue notamment avec l'établissement par le président Hamid Karzaï du Haut Conseil pour la Paix.

De leur côté, les talibans ont rejeté mercredi le dernier rapport des Nations Unies sur le nombre des victimes civiles en Afghanistan. Dans un email envoyé à des journalistes, les talibans parlent de "propagande" et de rapport influencé par "la politique américaine". Dans ce rapport, les Nations Unies attribuent aux talibans et aux autres groupes d'insurgés 76% des pertes civiles en Afghanistan cette année, en hausse de 20% sur les 10 premiers mois de 2010 par rapport à la même période en 2009.