Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La fin de la guerre froide a vu la disparition des blocs « EST-OUEST » et les équilibres traditionnels se rompre. Quelque soit la définition des risques sécuritaires, on acceptera l'idée qu'ils sont source de déstabilisation des états et susceptibles d'être la base de nombreux conflits...

GLOBAL SECURITY RISKS - LES RISQUES SÉCURITAIRES Site en lien avec le Centre d'Etudes Stratégiques d'Analyses et Recherches sur les Risques Sécuritaires

La fin de la guerre froide a vu la disparition des blocs « EST-OUEST » et les équilibres traditionnels se rompre. Quelque soit la définition des risques sécuritaires, on acceptera l'idée qu'ils sont source de déstabilisation des états et susceptibles d'être la base de nombreux conflits...

Explosion d’un colis piégé dans une société de messagerie express à Athènes : un blessé.

De source policière, un colis contenant des explosifs de faible puissance a explosé ce matin dans une société de messagerie express Swift Mail dans le quartier central de Pangrati à Athènes. Un employé manipulant le colis a été légèrement blessé. Le colis venait d’être déposé par un jeune homme et était adressé à un destinataire non précisé par la police au Mexique. La presse locale indique de son côté que le colis était destinée à l'ambassade mexicaine.

La police a par ailleurs été dépêchée peu après dans l'agence postale ACS du même quartier afin de désamorcer un paquet signalé comme suspect par le personnel, et adressé à l'ambassade néerlandaise.

Deux suspects ont été interpellés dans le quartier. L'un des suspects portait un gilet pare-balle et était muni d'un pistolet, l'autre portait un paquet semblable à celui ayant explosé peu avant. La police les soupçonne d'appartenir à la mouvance extrémiste locale, à l’origine de nombreux attentats dans le pays. Un colis piégé adressé au ministre à l'époque en charge de la police, Mihalis Chryssohoidis, avait explosé en juin dernier dans l'antichambre de son bureau ministériel, tuant le chef de sa sécurité. L’attentat avait été revendiqué par un groupe, dont le nom n’a pas été communiqué, en réponse à l'action policière lors des récentes manifestations présentées comme une résistance à "l'offensive anti populaire du capital" .