Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La fin de la guerre froide a vu la disparition des blocs « EST-OUEST » et les équilibres traditionnels se rompre. Quelque soit la définition des risques sécuritaires, on acceptera l'idée qu'ils sont source de déstabilisation des états et susceptibles d'être la base de nombreux conflits...

GLOBAL SECURITY RISKS - LES RISQUES SÉCURITAIRES Site en lien avec le Centre d'Etudes Stratégiques d'Analyses et Recherches sur les Risques Sécuritaires

La fin de la guerre froide a vu la disparition des blocs « EST-OUEST » et les équilibres traditionnels se rompre. Quelque soit la définition des risques sécuritaires, on acceptera l'idée qu'ils sont source de déstabilisation des états et susceptibles d'être la base de nombreux conflits...

De plus en plus d'enfants sont impliqués dans des attaques-suicides dans la région du lac Tchad rapporte l’UNICEF.

Affaibli militairement, le groupe islamiste nigérian Boko Haram tente d'instaurer la terreur par tous les moyens.
De quatre enfants utilisés dans des attaques kamikazes en 2014, on est passé à 44 l'année suivante, selon le fond des Nations unies pour l'enfance, au Nigeria, Cameroun, Tchad et Niger, où sévit le groupe qui rallié l'Etat islamique (EI). Plus de 75% étaient des filles, note l’UNICEF dans un rapport publié près de deux ans jour pour jour après l'enlèvement par Boko Haram de 276 lycéennes dans le nord-est du Nigeria.
Ce rapport pointe la situation dramatique de milliers d'enfants, victimes d'enlèvements, d'abus sexuels et de mariages forcés, devenus une arme de guerre aux mains de Boko Haram, utilisés comme bombes humaines ou pour transporter des explosifs.
Souvent très jeunes - parfois à peine huit ans - les profils des enfants «kamikazes» sont divers. Il y a ceux qui, comme les filles de Chibok, ont été enlevés. Durant les attaques de villages, dans le chaos et la fuite, il y a aussi ces innombrables enfants séparés de leurs parents qui se retrouvent livrés à eux-mêmes, en brousse ou dans des camps de déplacés.
«Ce sont des proies faciles pour les recrutements, tant ils sont vulnérables», explique à l'AFP Laurent Duvillier, chargé de communication régionale pour l’UNICEF. Environ 1,3 million d'enfants ont été déplacés par le conflit, alors qu'ils étaient 800'000 il y a encore un an.
Ce phénomène «crée une atmosphère de peur et de suspicion qui a des conséquences dévastatrices» pour les enfants, notamment ceux qui ont été libérés après avoir vécu en captivité au sein de groupes armés, désormais considérés comme une menace potentielle pour leurs communautés, selon l’UNICEF.
Khadidja, 17 ans, a passé près d'un an en captivité, mariée de force à un combattant de Boko Haram, dont elle a eu un garçon. Lorsqu'elle est arrivée dans un camp de déplacés après avoir enfin réussi à s'échapper, elle s'est heurtée à l'hostilité des autres femmes qui refusaient de partager l'eau de la pompe